La Lettre d'Edouard Carmignac

[Management Team] [Author] Carmignac Edouard

Juillet 2016 Edouard Carmignac prend la plume pour commenter les enjeux économiques, politiques et sociaux du moment.

Paris, le

Madame, Monsieur,

  To Brexit or not to Brexit ? Gageons que ce doute shakespearien va continuer à troubler et à fissurer ces prochains mois un Royaume qui était à ce jour uni.

  D’abord, dans ce débat de nature plutôt émotionnelle, il convient de raison garder. Le tissage au fil des années des multiples liens entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne rend leur complet détricotage extrêmement complexe et hautement improbable. L’Angleterre est une économie de services, principalement financiers, dont le devenir est particulièrement vulnérable à toute évolution de la réglementation européenne qui lui serait défavorable.

  Une fois n’est pas coutume, l’incertitude suscitée devrait s’avérer bénéfique. En Europe, la crise politique et économique dans laquelle s’enlise la Grande-Bretagne fait effet de repoussoir aux thèses souverainistes qui prospéraient ces derniers temps principalement dans les pays du Sud. Aussi, les marges des emprunts d’Etat italiens et espagnols ont enregistré des niveaux proches de leurs plus bas par rapport à ceux de l’Allemagne ces derniers jours. L’Europe politique semble ainsi ressortir renforcée de cette épreuve. Le premier test de ce renforcement sera l’attitude réservée par Bruxelles à la mise en place d’un plan de sauvetage des banques italiennes dont la situation précaire mine l’activité cisalpine.

  Au-delà de nos rivages, la fragilisation de l’édifice européen pouvant peser sur une activité globale déjà peu vigoureuse, la FED et la Banque du Japon multiplient des déclarations réconfortantes quant à leur détermination à enrayer l’impact d’une menace de Brexit. Ces réassurances concertées ont fait chuter les taux obligataires en termes nominaux, mais, fait nouveau, également en termes réels, créant une incitation majorée à consommer ou investir. Autre bénéfice pas si secondaire que cela : la baisse mondiale des taux réduit le risque d’un brusque décrochage du yuan, alors que la devise chinoise a déjà subi une dépréciation graduelle de plus de 9 % par rapport aux monnaies de ses partenaires commerciaux depuis novembre dernier.

  Connaîtra-t-on enfin un été paisible sur les marchés ? Au vu des expériences vécues les années récentes et des incertitudes qui demeurent présentes, je ne me hasarderai pas à une telle conjecture. Néanmoins, les craintes infondées autour d’un Brexit devraient y contribuer.

  En vous souhaitant d’excellentes vacances, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération choisie.

Édouard Carmignac
Informations légales

Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni une offre de souscription, ni un conseil en investissement. Ces informations peuvent être partielles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Elles sont nettes de frais (hors éventuels frais d’entrée appliqués par le distributeur). L’accès aux Fonds peut faire l’objet de restriction à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Ils ne peuvent notamment être offerts ou vendus, directement ou indirectement, au bénéfice ou pour le compte d’une « U.S. person » selon la définition de la règlementation américaine « Regulation S » et/ou FATCA. Les Fonds présentent un risque de perte en capital. Les risques, les frais courants et les autres frais sont décrits dans les DICI (Document d’Information Clé pour l’Investisseur). Les prospectus, DICI, et rapports annuels des Fonds sont disponibles sur ce site et sur simple demande auprès de la Société de Gestion. Les DICI doivent être remis au souscripteur préalablement à la souscription.

Afin de connaître les frais réels prélevés par chaque distributeur, veuillez-vous référer à sa propre grille tarifaire. Tout renseignement contractuel relatif au Fonds (FCP ou Compartiment de SICAV) renseigné dans cette publication figure dans le prospectus. Le prospectus, le KIID, les valeurs liquidatives, le dernier rapport (semi-) annuel de gestion sont disponibles en français et en néerlandais gratuitement auprès de la société de gestion, tél +352 46 70 60 1 ou par consultation du site internet www.carmignac.be ou auprès de Caceis Belgium S.A. qui assure le service financier en Belgique à l’adresse suivante : avenue du port, 86cb320, B-1000 Bruxelles. Les valeurs liquidatives sont également disponibles sur le site www.fundinfo.com. Le KIID et le prospectus doivent être fournis au souscripteur avant chaque souscription, il lui est recommandé de le lire avant chaque souscription. Toute réclamation peut être transmise à l’attention du service de Conformité CARMIGNAC GESTION, 24 place Vendôme - 75001 Paris – France, ou à l’adresse complaints@carmignac.com ou auprès du service de plainte officiel en Belgique, sur le site www.ombudsfin.be. Ce Fonds ne peut pas être offert ou vendu, directement ou indirectement, au bénéfice ou pour le compte d’une « U.S. Person », selon la définition de la réglementation américaine « Regulation S » et FATCA. En cas de souscription dans un FCP (fonds commun de placement) de droit français, vous devez déclarer chaque année votre part des dividendes (et intérêts le cas échéant) reçus par le Fonds dans votre feuille d’impôts. Vous pouvez effectuer un calcul détaillé sur www.carmignac.be Cet outil ne constitue pas un conseil fiscal et se limite à vous proposer une aide au calcul. Ceci ne vous dispense pas d’effectuer les diligences et vérifications qui vous incombent en tant que contribuable. Les résultats affichés sont obtenus à partir des données que vous fournissez et le Groupe Carmignac Gestion ne saurait en aucun cas être tenue responsable en cas d’erreur ou d’omission de votre part. En cas de souscription dans un Fonds soumis à la Directive de la Fiscalité de l’Epargne, conformément à l’article 19bis du CIR92, au moment du rachat de ses actions, l’investisseur sera amené à supporter un précompte mobilier de 27% sur les revenus qui proviendront, sous forme d’intérêts, plus-values ou moins-values, du rendement d’actifs investis dans des créances. Les distributions sont, quant à elles, soumises au précompte de 27% sans distinction des revenus.