Flash Note

Actions européennes : nos perspectives à mi-parcours de l’année 2018

par
  • Mark DENHAM - Responsable Équipe Actions Européennes
18.07.2018

Au sein de l’équipe de gestion actions européennes, même si notre processus d’investissement s’appuie essentiellement sur une approche « bottom-up », nous tenons également compte de l’environnement de marché et du cadre dans lequel nous procédons à notre sélection de valeurs.

Mark Denham (1).jpg

Mark Denham,
Responsable équipe
actions européennes
et gérant

Les perspectives des actions européennes restent favorables selon nous

Nous estimons que les perspectives des actions européennes restent favorables, en dépit des inquiétudes grandissantes que suscitent, chez les investisseurs, le contexte politique en Italie ou en Allemagne, ainsi que les retraits de liquidités orchestrés par les Banques centrales.

En effet, si nous examinons le marché dans son ensemble, nous constatons que les sociétés européennes se portent bien : pour la deuxième année consécutive, leurs bénéfices devraient s’inscrire en croissance, sans pour autant égaler la progression d’environ 15% qu’ils ont enregistrée en 2017. En 2018, nous anticipons une hausse des bénéfices de 7% à 8%, reflétant en partie la bonne dynamique sous-jacente des économies européenne et mondiale, car, bien que la croissance économique ralentisse par rapport à des niveaux élevés, les indicateurs économiques avancés restent en zone d’expansion1.

Les valorisations des actions européennes paraissent également attractives dans une optique de long terme. Par exemple, le rendement moyen du dividende sur le marché ressort à 3,8%, ce qui est très intéressant dans un contexte de taux d’intérêt toujours bas. Les ratios cours/bénéfices sont en outre en ligne avec leurs moyennes sur trente ans, en dépit de perspectives bénéficiaires relativement mieux orientées2.

En synthèse, tout en étant attentifs à la possibilité d’une escalade du différend commercial avec les États-Unis et aux événements politiques en Europe, nous estimons, dans une optique d’investissement à long terme, que le contexte actuel demeure relativement propice aux actions européennes, tandis que les valorisations restent raisonnables.