Flash Note

Brésil: le Sénat vote la destitution de Dilma Rousseff Mai 2016

18.05.2016

Le Brésil a fait des progrès importants sur les plans économique et politique, mais les défis restent nombreux…

Principaux points à retenir :

  • Michel Temer devient le Président intérimaire du Brésil après la démission temporaire de Dilma Rousseff
  • La présence de membres favorables au marché au sein du nouveau gouvernement est le signe d’un changement bienvenu
  • Toutefois, la prudence reste de mise, car de nombreux défis se profilent à l’horizon et les marchés ont d’ores et déjà pris en compte les facteurs positifs

Comme prévu, les Sénateurs se sont prononcés à la majorité pour la destitution de Dilma Rousseff. Suite à sa démission temporaire, Michel Temer est devenu le Président intérimaire du Brésil. Nous estimons qu’il s’agit d’un changement bienvenu, compte tenu de l’incapacité du précédent gouvernement à résoudre les problèmes auxquels le pays est confronté. Néanmoins, le gouvernement de Michel Temer devra faire face à de nombreux défis. Ce dernier pourrait connaitre des difficultés pour engager certaines réformes, pourtant urgentes et nécessaires (notamment celle concernant la désindexation des retraites et du salaire minimum sur l’inflation). Le Congrès pourrait agir vis-à-vis de Michel Temer comme il l’a fait avec Dilma Rousseff et bloquer certaines réformes. Par ailleurs, les enquêtes sur la corruption en cours pourraient renforcer l’instabilité politique du pays.

À court terme, il est possible que certains membres du gouvernement acquis à la cause du marché adoptent des mesures favorables à ce dernier et mettent rapidement en œuvre les réformes les plus à même d’être approuvés par le Congrès. Ces mesures, conjuguées à la désinflation et à la baisse des taux d’intérêt, pourraient continuer à soutenir le moral des investisseurs à court terme. Toutefois, il convient d’être prudent : après une hausse de plus de 40 % du marché des actions brésiliennes depuis le mois de janvier, et après une détente des rendements des emprunts d’État brésiliens à cinq ans de 17 % à 12 % sur la même période, le couple risque/rendement n’est plus aussi attrayant qu’il ne l’était il y a cinq ou six mois.

Cela étant dit, en dépit de l’effervescence politique qui agite le pays, la plupart des indicateurs économiques nationaux ont commencé à rebondir. Le solde de la balance courante se redresse grâce à la faiblesse du réal brésilien et le déficit est désormais inférieur à 3 % du PIB. Cette baisse providentielle s’est accompagnée d’une augmentation des flux d’investissements directs étrangers. Ces deux statistiques attestent d’un regain de confiance des investisseurs. L’inflation, toujours supérieure à 10 %, semble ralentir, et le point d’inflexion semble désormais derrière nous.

[Divider] [Flash Note] Bahia Bands

Notre positionnement

Tous ces éléments nous avaient incités à renforcer notre exposition au Brésil en début d’année. Carmignac Emergents est exposé à hauteur de 7,1 %* au Brésil, un chiffre similaire à celui de son indicateur de référence, contre 1,8 % à la fin de l’année 2015.

Nous avons acquis une participation dans CCR, un groupe industriel diversifié qui possède des concessions d’autoroutes et d’infrastructures. La société, qui jouit de perspectives de croissance solides, affiche également un degré de discipline financière qui satisfait nos exigences. Elle affiche un taux de rentabilité des capitaux propres de près de 30 % depuis le début de l’année 2016. CCR s’inscrit donc parfaitement dans notre processus d’investissement.

Plus récemment, nous avons renforcé notre investissement sur le premier assureur brésilien, BB Seguridade. La société affiche un taux de rentabilité des capitaux propres de 45 % en 2016, sensiblement supérieur à celui de ses concurrents côtés, brésiliens ou étrangers. Au Brésil, le secteur de l’assurance affiche un faible taux de pénétration. Il recèle donc un potentiel de croissance intéressant sur le long terme. Ceci est d’autant plus vrai pour le segment de l’assurance-vie, auquel le groupe BB Seguridade est fortement exposé.

Nous avons également doublé notre exposition à MercadoLibre, le leader incontesté du commerce en ligne en Amérique latine. Il s’agit d’une entreprise rentable, dotée d’un modèle à faible intensité capitalistique, qui s’appuie sur une marque forte, particulièrement sur l’un des marchés du commerce en ligne enregistrant l’une des plus fortes croissances au monde. MercardoLibre a une présence particulièrement forte au Brésil et en Argentine, pays où il réalise respectivement 50 % et 25 % de ses bénéfices.

Rebasé, au 04/05/2016, incluant la quote-part de MercadoLibre (calculé à partir du revenu d’exploitation)